Tous psys!

Site d'entraide psychologique gratuit. Rejoignez les groupes de discussion!

Bonjour, je suis un homme, et depuis plus de 2 mois, j'ai peur de devenir, et d'être homosexuel.
C'est vraiment une phobie qui me pourrit ma vie, car je n'ai pas envie de l'être, et je ne le suis pas !
J'ai vu une vidéo sur les Troubles obsessionnels compulsifs, et alors je me suis reconnu la dedans, vous parliez de choses compulsives, et bien moi j'ai ça aussi, je ne sais pas si ce que je vais vous dire est en relation avec ça, mais bon.
Donc en fait j'ai eu plusieurs problèmes psychiques, et le plus ressemblant à la vidéo explicative des TOC est que par exemple je vérifie si le gaz est bien fermé plusieurs fois par jour, quand je vais aux toilettes, je vérifie au moins 5 fois que la porte est bien fermée, mais pourtant je sais que je l'ai fermée, mais je vérifie quand même, et alors le soir je dois des fois me lever pour revérifier si j'ai bien fermé la porte de la maison à clé, Je suis aussi Hypocondriaque.
et après ça comme je l'ai dit plus haut, j'ai eu la peur d'être homosexuel, et je me demande si ça n'a pas quelque chose a voir avec tous ces problèmes, et je me teste a chaque fois pour voir si je ne le suis pas, mais tellement je me teste, j'ai l'impression de ne plus rien savoir ... et tellement ce problème m'envahit que j'ai l'impression que je suis attiré par les hommes, mais après je me dis " Mais Bordel, mais t'es pas homo, tu est hétéro, et point barre" et ce n'est pas possible, je ne suis pas homo c'est TOUT.
J'ai toujours aimé les femmes, et j'ai jamais eu de doutes sur ça...
mais cette phobie est venue parce-que une fois je faisais le comique devant quelqu'un, a immiter une femme, et il me dit "Arrête de parler comme un pédé", et c'est à partir de là que j'ai eu cette phobie des homos.
Quand je vois des homos, ça me fait peur.
Et quand cette phobie est venue, j'avais vraiment des moments de panique, mon rythme cardiaque augmentait a un rythme epoustoufflant, et là c'est moins fort, mais ça me pourrit la vie, et ça n'arrête pas.
Des fois je suis plus calme que d'habitude, et voilà que ça reprends en me disant:
A voilà tu es calme, c'est parce-que t'es homo... mais je NE LE SUIS PAS, et JE NE DOIT PAS l'ÊTRE.
Et ça fait peur, franchement ca fait très peur,
Je ne sais pas quoi faire, j'ai l'impression de devenir fou.
Je ne sors même plus de chez moi, et je reste réveillé jusque des heures infernales, comme là maintenant je suis toujours pas couché depuis hier et il est 5h20 du matin, et ça durera probablement jusque Midi .

J'ai qu'une chose à dire, je commence à en avoir marre de vivre !



Je consulte déjà un psychologue, mais je ne lui ai pas parlé de ça, et je ne lui en parlerai pas car sinon mes parents le sauraient, et je ne sais pas ce qu'il en penseraient.

Alors, je cherche de l'aide via internet, et c'est ma seule solution.


Si quelqu'un peut donner son avis, et si un psychologue pourrait donner son avis, ca serait vraiment superbe.



Merci d'avance.





Vues : 23260

Réponses à cette discussion

Merci Bazile pour votre vision à ce sujet.

 

Par contre, je me permet de réagir à certains de vos propos "homosexualité = maladie=soin" ?? Vision que je trouve injuste et, pardonnez-moi du terme, étriquée.

 

Pourquoi vouloir toujours inventer des maladies, pathologies à des choses que l'on ne comprend pas ? Vivre différemment des autres est une maladie ?

 

Mon avis est que beaucoup d'homos n'osent vivre leur vrai vie par peur de jugement et de rejet, ce que je trouve dommage, plus on avance dans le temps et plus on régresse.

Certains préjugés resteront toujours, même si de nos jours les homos sont reconnus à leur juste titre, il n'en reste pas moins que certaines mentalités n'évolueront jamais... C'est bien dommage !

 

Bien sûr à chacun son avis à ce sujet, mais que chacun vive sa vie comme il l'entend. L'essentiel est de trouver sa place, pas toujours facile dans ce monde moderne, n'est-ce pas le plus important ? Trouver le bonheur ? Son bonheur ?

 

La tolérance est la plus qualité qu'un être humain puisse avoir !

 

Merci de m'avoir répondu Bazile !

C'est un ressenti personnel que nous avons. Toute peur que nous avons est ressenti intérieurement....

 

SANDRINE a dit :

Bonjour,

 

Petite question à qui voudra me répondre.

 

Cette peur d'être "homo" est-ce réellement un ressenti personnel ou plutôt la peur du jugement des autres ?

Le fameux "qu'en dira t-on ?".

 

 

Merci Arben de votre réponse !

 

Effectivement la peur est un ressenti très personnel, et il y a souvent une cause à cette peur, comme une situation que l'on a déjà vécu et qui a générée cette peur.

 

Par contre je pense que ma première question n'est pas cohérente, les deux arguments se rejoignent.

Pourquoi aurait-on peur d'être homo ? Il n'y a pas de cause. Pas de cause, pas de peur.

On en vient à cette hypothèse : Peur d'être homo car peur d'être jugé et rejeté !

 

En fait j'ai répondu moi-même à la question.

 

Désolé de cette question/réponse inutile que je n'effacerai pas par respect à ceux qui m'ont répondu.

Pour moi il y a beaucoup de vrai dans ce que tu dis, sauf que "jugé et rejeté des autres" ça sous-entendrait que seul le jugement des autres est la cause de la peur.

 

Il est vrai que le jugement des autres est quelque chose qui a une influence énorme dans l'affirmation de soi. On se construit son identité par comparaison aux autres. Une partie de ce que l'on est résulte de l'influence des autres, de notre sensibilité au charisme de certain(es) à commencer par ses parents lorsque l'on est petit. Certains pans entiers de goûts et d'idées ont été ceux des autres avant d'être nôtres.

 

Alors on en arrive à des paradoxes, comme des homosexuels qui sont homophobes. Du jugement des autres, on en vient au jugement personnel. Les gens ont des principes, des notions personnelles d'honneur ou de dignité et la peur de s'écarter inéluctablement d'un certain idéal d'être et de vie, ne relève plus d'une simple peur d'être jugé et rejeté par les autres. La cause de cette peur a une dimension plus grande. C'est un rapport aux autres mais aussi à soi-même (bon tout ça est lié on est bien d'accord).

 

Se découvrir gay ou lesbienne peut être vécu comme une trahison envers soi-même, une grande déception et la perte de l'identité dont on était fier somme toute. Beaucoup de famille ont renié leur enfant homosexuel, mais beaucoup d'homos se sont reniés eux-mêmes avec davantage de violence encore.

 

L'humain ne veut pas seulement être bien jugé et accepté par les autres (par opposition à "juger et rejeté des autres") la vie c'est aussi d'être admiré par les autres. Plus qu'être accepté il y a la notion de fierté, et d'inspirer les gens. On veut rendre fier les gens qui nous aiment. C'est plus fort que le simple fait d'être accepté. L'inverse d'être accepté, c'est d'être rejeté. Mais l'inverse de la fierté c'est la honte. Susciter la honte chez les gens qu'on aime et que l'on considère comme modèle, et parfois bien pire que le rejet.

 

Du jugement des autres on en vient à un jugement personnel parfois impitoyable et ce jugement bien que sous influence est bien le notre.

 

Donc pour répondre à ta question/hypothèse de la cause de la peur d'être homo:
Je dirais que l'on peut rajouter à la peur d'être jugé et rejeté par les autres, la peur de perdre sa fierté dans ce qu'il y a de plus intime.
 


PS désolé pour mes posts très longs et parfois incompréhensibles, j'adore partir dans ces trips de discussion pseudo philosophique je crois que ça a un effet thérapeutique sur moi, bien que je n'écrive pas toujours très bien.



SANDRINE a dit :

Merci Arben de votre réponse !

 

Effectivement la peur est un ressenti très personnel, et il y a souvent une cause à cette peur, comme une situation que l'on a déjà vécu et qui a générée cette peur.

 

Par contre je pense que ma première question n'est pas cohérente, les deux arguments se rejoignent.

Pourquoi aurait-on peur d'être homo ? Il n'y a pas de cause. Pas de cause, pas de peur.

On en vient à cette hypothèse : Peur d'être homo car peur d'être jugé et rejeté !

 

En fait j'ai répondu moi-même à la question.

 

Désolé de cette question/réponse inutile que je n'effacerai pas par respect à ceux qui m'ont répondu.

Bonjour Bazile,

 

Personnellement je trouve que tu as des raisonnements très logiques et cohérents, qui amène à quelques réflexions.

 

Etre différent des autres est parfois très douloureux (je ne parle pas uniquement du fait d'être homo), mais il y a aussi nos modes de pensées et nos comportements différents des autres.

Je parle de mon cas (désolé), l'impression d'être différente des autres de par mes raisonnements qui pour moi me paraissent normales, mais qui en réalité ne le sont pas pour ma psy. Ou un comportement néfaste qui est ancré en moi et dont j'ai besoin pour me sentir bien, la encore je me suis fait tiré les oreilles par ma psy.

 

Tout cela pour dire que lorsque l'on prend conscience que notre personnalité peut nous nuire gravement et qu'effectivement nous ne somme pas dans la "norme", on en souffre beaucoup.

Chaque individu à sa propre personnalité, ses convictions, son mode de vie, mode de croyance aussi, le problème est que l'on se compare toujours aux autres comme un modèle à suivre.

 

Comme tu dis on ne veut pas décevoir nos proches. Ce n'est pas toujours le cas, depuis des années j'ai caché à mes proches mon mal-être de peur d'être jugé trop faible (il est vrai que je suis très fragile et sensible psychologiquement), mais aussi pour les protéger, qu'ils ne se sentent pas coupable de mon mal-être.

Depuis 2 ou 3 mois ils sont au courant, et là surprise ! Je m'attendais de leur par à de l'incompréhension et de la colère, au contraire ils ont entendu ma détresse (ce que j'attendais des années), cette reconnaissance de ma souffrance, essaie d'imaginer ce que l'on ressent lorsque ta souffrance est enfin entendu et reconnu et par tes proches et par les psys qui te suivent. C'est un immense soulagement.

 

Je ne compare pas mon histoire au fait d'être homo, car pour moi être homo n'est pas une maladie, sauf si cela devient une phobie, là effectivement il est nécessaire de faire aider.

 

Je rejoins tes idées, la peur d'être homo est induite par tous ces préjugés à ce sujet, cela amène la peur d'être rejeté, jugé par les autres mais également par soi-même.

Lorsque l'on ne supporte pas d'être homo, c'est simplement parce que les gens qui nous entourent (proches, amis, etc.) vous ont inculqué cette culture inadmissible (pour moi), que le fait d'être homo est anormale, et donc dans ta tête tu te répètes en boucle "tu n'es pas normal(e), et tu ne mérite pas de vivre".

Bonjour Arben,

 

Je pense que le fait d'avoir beaucoup d'idées en quelques secondes est une bonne chose  si elles vont toutes dans le même sens. Avoir des idées montre que vous êtes réceptif  (à mon sens), et que vous vous remettez en question.

Le problème est lorsque ces idées deviennent paradoxales, ce qui parfois est mon cas, ça c'est gênant, comme si deux personnalités étaient en vous et qui se contredisent continuellement.  Laquelle écouter ? Celle qui semble la plus raisonnable, encore faut-il avoir conscience de ce qui est raisonnable.

 

Cette phobie ou cette peur d'être homo peut peut-être aussi s'expliquer par le fait que bon nombres de gens à l'esprit étriqué ne prennent pas la peine d'essayer de comprendre, le genre d'individus qui ne veulent pas faire cet effort et qui ne se remettent jamais en question ou en cause.

Il est plus facile de juger que d'essayer de comprendre, car faire l'effort de comprendre vous amène bien souvent à vous remettre en question, chose que peu de personne sont capables de faire.

 

Arben a dit :

J'ai parfois aussi l'impression d'être mal compris par les autres. Dans ma manière de communiquer, d'enchainer les arguments, j'ai cette faculté à penser, réflechir et analyser très rapidement les choses dans ma tête. Cette capacité à raisonner, peut-être que c'est une qualité (ou non) j'en sais rien, mais elle donne le sentiment défois de ne pas être compris. Je vais toujours droit à l'essentiel, je fais souvent des déductions, des conclusions et des remarques. Il ne me faut pas plus de 3 ou 4 secondes pour enchainer une dizaine de pensée, imaginez vous ce que cela peut donner.

Ce peut être une qualité après tout, dans la gestion des problèmes, ou quand il faut donner rapidement des idées,  mais je ne suis pas certain que ce soit un bon mode de raisonnement dans la vie de tout les jours, cela donne le sentiment d'être incompris.

 

J'aimerais changer cela et retrouver le sentiment d'être compris, même si, des gens me comprennent, même si, des gens ont dit que je m'exprimais bien, j'ai pas l'impression que sa le soit pour tout le monde.

 

Bon je ne dévi pas trop du sujet, quand même :)

 

Je rejoins aussi sandrine sur le fait que la peur d'être homo ne sois pas une maladie "proprement dite", car être malade, c'est pas ca. C'est une peur, tout simplement.

 

 

 

 

Oui, si nos pensées iraient dans le même sens, la puissance psychique de la pensée serait plus importante. Je sais qu'il faut apprendre à centrer son esprit sur notre objectif pour éviter toute distraction ou détournement. Et je sais que cela se travaille :)

 

Merci de m'avoir répondu, toujours un plaisir de votre part ;)

Avoir des dizaines de pensées en quelques secondes, je pense que c'est le cas pour beaucoup. En revanche parvenir à les organiser et développer des raisonnements logiques avec c'est tout un art. Un art dans lequel tu te débrouilles pas mal aux vues des quelques post que j'ai pu lire. Après être compris du plus grand nombre ça c'est encore autre chose. Et c'est une utopie de vouloir l'être de tous.

Sinon c'est intéressant le sujet sur les pensées paradoxales. Moi je pense qu'en effet parvenir à centrer son esprit sur un objectif permet de multiplier les chances d'y parvenir. Voilà pour les pensées "utiles". Pour ce qui est des pensées relatives au questionnement de soi, qui nécessite d'être le plus possible à l'écoute de ses sensations alors là c'est difficile à expliquer et concevoir, mais on ressent des choses opposées, et les limites de nos certitudes sont tellement floues que c'en est desespérant. Alors peut être qu'il vaut mieux penser "utile" un maximum de temps pour ne pas s'inventer des problèmes existentiels. Parce qu'à une question telle que "suis-je homo?" (pour revenir au sujet) ou "suis-je croyant?", "suis-je supersticieux?" (etc. c'est pas les thèmes qui manquent!), il se peut qu'il n'y ait foutrement aucune réponse. l'expression "je suis" elle-même est ambigue. Dans le "je suis" il y a à la fois le "je suis..malgré moi", "je suis car j'ai envie d'être...", "je suis..car je sais que je suis...", "je suis...car je crois être", "je suis...car les probabilité penche plutôt pour...". La réalité c'est que le concept d'être ceci ou cela a plusieurs sens. Possible que ces sens multiples sèment une confusion sévère à certains moments de questionnement. Entre la volonté, les valeurs, le ressenti etc. pleins de concept qui ont des limites floues entre eux parfois !Les ressentis opposés existe bel est bien, c'est une vérité troublante! 

D'où l'existence des "renforcements", c'est à dire toutes ces activités qui permettent d'effectuer un obscurantisme sur certains ressentis pour se focaliser sur d'autres. Pour se donner une identité, des valeurs, un but? Ainsi on a des humains avec un même cerveau qui vont être de sensibilité de gauche et d'autre de droite (exemple maladroit) alors qu'ils ont probablement des ressentis similaires. De même les croyants en allant à la messe se renforce dans leur statut de croyants (autre exemple maldroit ;) ). Alors lorsqu'on a peur d'être ceci ou cela, n'est-ce pas la solidité d'une certitude que l'on remet en question? N'est ce pas une part d'un obscurantisme conditionné que l'on remet en question?

Aller je vais me coucher je cogite trop :s

 


Arben a dit :

Oui, si nos pensées iraient dans le même sens, la puissance psychique de la pensée serait plus importante. Je sais qu'il faut apprendre à centrer son esprit sur notre objectif pour éviter toute distraction ou détournement. Et je sais que cela se travaille :)

 

Merci de m'avoir répondu, toujours un plaisir de votre part ;)

Je pense donc je suis !

Mais qui je suis ? question qui paraît simple, mais bon nombre de personne ne sont pas réellement ce qu'elles prétendent être.

Mes proches, mes amis me voient de telle ou telle manière, donc je serais cette personne quitte à me trahir moi-même au risque de me perdre, juste pour ne pas les décevoir, ne pas être rejeté et perdre leur amour. Pour être dans la norme, cette "normalité" inculquée dès notre plus jeune âge.

Tout le problème est là, cette culture que je condamne.

Homo ? bi ? hétéro ? Qui je suis ? Je répondrai, je suis simplement un être humain !

Bonjour,

je suis tombée sur ce sujet, et je me permets de m'y joindre car il me semble qu'il y a beaucoup d'inexactitudes et de fausses idées.

Le problème du TOC homosexuel n'est pas un problème par rapport à l'homosexualité, ni d'assimilation de l'homosexualité à une maladie psychiatrique et aux soins, ni un problème d'avoir "intériorisé les normes de la société hétéronormé qui empêche les personnes gays d'être elles mêmes".

Au contraire, dire à une personne souffrant de "toc homo" que ce n'est pas si grave si elle est homosexuelle, que c'est probablement de l'homosexualité refoulée, que ce qu'elle ressent est la confirmation/la preuve qu'en fait elle est homosexuelle n'aide pas du tout, même si les gens (y compris certains psychologues) le font avec les meilleures intentions du monde.

Le "TOC homosexuel" est une "obsession pure", un TOC sans compulsions. On ne se lave pas les mains cent fois par jour et on ne vérifie pas que les interrupteurs sont éteints. Pourtant, c'est le même mécanisme : notre cerveau nous envoie de fausses informations, il nous fait "tourner en bourrique" sur une ou plusieurs idées fixes. Dans le cas du "TOC homo", c'est bien sur l'idée d'être homosexuel, mais il existe aussi un "TOC du meurtre" (on a peur de commencer à tuer les gens de son entourage), un "TOCde la pédophilie" (on est obsédé par l'idée d'être attiré sexuellement par les enfants). Dans tous ces cas, les obsessions n'ont aucun fondement : les gens ne deviennent pas "soudainement" pédophiles, homosexuels ou meurtriers en puissance. Mais notre cerveau malade se bloque sur cette idée et y revient sans cesse, c'est ça qui constitue l'obsession!

Il existe bien entendu des homos qui ont si peur d'être "jugés" et rejetés qu'ils refoulent leur attirance. Parfois même ils développent une "homophobie intériorisée" qui les empêche de considérer l'idée d'être homosexuel, mais leur situation est très différente de celle des gens qui souffrent d'un TOC homosexuel, et il ne faut surtout pas confondre ces deux cas! Pour ceux qui lisent l'anglais, voici une page qui compare les symptomes d'un homosexuel et ceux d'une personne souffrant de TOC homosexuel:

http://www.brainphysics.com/yourenotgay.php

c'est très éclairant, et cela permet de comprendre les mécanismes du TOC et de faire la différence.

Bien sûr personne ne dit qu'être homo est une maladie. Mais souffrir de TOC en est une. Ce n'est pas parce que, dans le cas du TOC homo, cette obsession est "tombée" sur le thème de l'homosexualité que le malade est un homo refoulé ou quoique ce soit. Au contraire, lui suggérer une telle chose ne fait qu'accroitre la panique en renforçant son obsession.

Je suis d'accord avec Lala.

A un moment de ma vie j'avais cette peur irrationnelle de faire du mal à autrui juste pour voir ce qu'on pouvait ressentir pourtant je n'ai jamais passé à l'acte.

Je ne suis pas devenu une meurtrière sanguinaire pour autant.

Entre être ce que l'on est réellement et être ce que l'on pense être à cause de nos peurs est bien différent.

 

Bonjour alor j explique mon probleme sa fait plusieur moi que j ai peur d etre gay sa devien une obsession et sa m empeche de vivre sa a commencer petit a petit pour un petit truc j etait o boulo et il y avai des homosexuel qui bossai avec nous et je me suis dit dans ma tete et si un jour je serai comme eux je ferait quoi et la pam sa m ai plu sorti de la tete et mtn j ai peur de l etre j ai peur de parler a des homme psk j ai peur d etre attire part eux et plus le temp passe plu je delire dans se sujet j ai peur de tout se qui a a voir avec lea homme quand je regarde de film x je regarde tjs les femme et j ai peur de regarde les homme et etre attire une foi j ai regarde un film et je me suis vu faire une felation a moi meme !!!et la j ai paniquer et je sais plu quoi faire et sa m inquiet j ai u e copine sa fait fait 6 mois et je suis bien avec quelle je l aime et je suis sur de sa on a une vie sexuelle parfaitement normal et je suis heureux avec elle enfait je ne suis heureux que avec elle psk on se voit que les weekend et pendant la semaine je vais pas bien je pense que je suis gay mais le weekend avec elle je me sens bien et j ai pas ses pensse qui vienne a la tete je suis meme tres jaloux d elle j aime que aucun me la regarde mtn je sais pas pk je suis comme sa pk je pense sa aider moi svp je veut etre comme avant j avais deja ses pensee avant d etre avec elle alor pk j ai sa dans la tete et que j ai une copine je sais plu quoi penser quand j ai ses penser je panique je sais plu ou me mettre j ai le coeur qui bas tellement vite que je sais plu aider moi je ne veut pas perdre ma copine et je veut penser comme avant je veut etre hetero a 100% quand je voit de mec s embrasser sa me degoute et plu tard je me voit avec une femme pas avec une homme aide moi

RSS

DICOPSYCHO

+ de 100 vidéos, articles

et exos classés de

CONSULTER

Tous les psys et coachs du cabinet pratiquent exactement le même type de thérapie que Benjamin Lubszynski et travaillent avec lui en étroite supervision.

Benjamin Lubszynski est Thérapeute et Coach. Sa pratique est centrée autours des Thérapies brèves (TCC, Thérapie systémique, Hypnose clinique (approche éricksonienne), PNL, Gestalt Thérapie). Il exerce à Paris au 29 rue Dautancourt dans le XVIIème. (Consulter en cabinet: 01 42 26 40 27 / en ligne (webcam) / profil complet) (80€ / 45min)
 

Eva Marechal est Psychologue et Coach spécialisée dans les thérapies brèves (TCC, relaxation, hypnose, PNL, thérapie systémique). Elle exerce au 29 rue Dautancourt dans le XVIIème. (Consulter en cabinet: 01 42 26 40 27 / en ligne (webcam) / profil complet) (80€ / 45min)

 

S ilvia ANDRE est psychologue et coach. Sa pratique est centrée autours des Thérapies brèves (TCC, EMDR, MEDITATION). Elle exerce à Paris au 85 rue Lemercier dans le XVIIème. (Consulter en cabinet: 01 42 26 40 27 / en ligne (webcam) / profil complet) (70€ / 45 min)

Billets

Le burnout, quand le travail et la vie épuisent

Publié(e) par Psy Eva MARECHAL le 2 septembre 2014 à 21:30 1 Commentaire

Le burn out est une démarche progressive et insidieuse qui touche ceux et celles qui se donnent avec excès dans leur…

Continuer

Les troubles du sommeil chez l'enfant

Publié(e) par Psy Eva MARECHAL le 27 août 2014 à 16:00 0 Commentaires

Quel parent n’a pas constaté, à un moment ou à un autre de la vie de son enfant que celui-ci…

Continuer

L'anxiété généralisée, la comprendre pour mieux la vaincre!

Publié(e) par Psy Eva MARECHAL le 22 août 2014 à 22:00 2 Commentaires

Evelyne est une jeune femme indépendante et gaie. Mais même si elle a dans sa vie de belles réussites, elle ressent parfois des angoisses tellement intenses qu’elle craint régulièrement de devenir folle. Elle a beau se rassurer en se disant…

Continuer

Les phobies d'impulsion, la peur de faire quelque chose de mal!

Publié(e) par Psy Eva MARECHAL le 18 juin 2014 à 14:00 1 Commentaire

Les phobies d’impulsion, quand on les ressent, apparaissent comme un mystère : Alors que je suis le plus doux des êtres…

Continuer

Les états limites ou borderline : de quoi s’agit-il ?

Publié(e) par Psy Eva MARECHAL le 30 novembre 2013 à 16:00 3 Commentaires



Natacha est une jeune femme de 25 ans. Depuis quelques années elle partage sa vie entre Paris où elle suit ses études et Bucarest où vit sa famille. A l’adolescence, elle a senti son caractère changer, comme beaucoup d’adolescentes. Mais…

Continuer

Anniversaires

Anniversaires à fêter aujourd'hui

© 2014   Créé par Psy Benjamin Lubszynski.

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation