Tous psys!

Site d'entraide psychologique. Pour l'accès aux MP3, abonnez-vous à psy-coach.fr

Salut. 

Il y a deux ans, j’ai quitté ma mère. Je lui ai dit que je ne voulais plus jamais la revoir. Je vis chez mon père, je suis contente, j’ai quelques nouvelles par-ci par-là pour noël, mon anniversaire, l’anniversaire ou des nouvelles de ma demi-soeur (que je ne vois plus non plus). Depuis que je suis partie, j’ai une culpabilité énorme qui me suit. À tel point que je ne pouvais plus me regarder dans une glace, que je ne comprenais pas pourquoi je serais heureuse, j’avais honte. J’ai abandonné ma petite soeur pour aller mieux parce que vivre chez ma mère me briser, elle me laisser seule, ne s’occuper jamais de moi, s’en douter complètement et je lui server à garder sa deuxième fille. Je suis partie après qu’elle est essayé de faire du mal à mon père et à moi-même en tenant de faux propos... Elle m’a détruite. Mon père ne m’a plus parler pendant 1 mois, j’ai rompu avec mon copain quelques jours après, je rentrais en seconde. 

Cette culpabilité m’a amené à me scarifier, à ne plus aimer les gens et à s’en méfier, à reste seule. J’ai quand même réussi à me faire des amis. Aller au lycée me rendait heureuse, car je ne pensais pas à ma douleur, j’étais la fille sans problème, heureuse avec une famille parfaite. Seul mon meilleur ami, ma soeur par alliance (de chez mon père) étaient au courant de mes scarifications. Ils se sont battu 6 mois pour que j’arrête de le faire. Après avoir essayer de reprendre ma vie en main, des crises sont apparue: pleurs, solitude, haine, tristesse, envie de disparaitre, de tout quitter. 

Je m’efforçais à les repousser car les deux personnes les plus importantes de ma vie m’ont aidé et me soutiennent. 

Mais voilà, je fais des dépressions encore aujourd’hui. Je sens que je replonge. Même si ce n’est que minime, je plante mes ongles dans ma peau jusqu’au sang, je me gratte à avoir des rougeurs sur les bras, je me tire les cheveux, je me griffe les bras, je pleure la nuit, je fais des insomnies. J’ai même envisagé de prendre un couteau en secret et me scarifier pour oublier la souffrance et la solitude qui reviennent petit à petit. À chaque fois, je me retiens, je me raisonne. Mais je me sens de plus en plus mal. 

Je suis en terminale, en couple avec mon meilleur ami qui sait tout. Mais ça, je lui cache. Car j’ai peur. Quand j’écris, cela rend les chose réelles. C’est pour ça, qu’écrire ça me rend malade. Je vois à quel point ma mère m’a changé et malgré tout ce que j’ai, des amis en or, une famille en or, de bonne notes, de l’amour et de l’amitié, je n’arrive pas à être heureuse. 

Suis-je capable de vivre comme avant? Ou je vais rester mal encore longtemps? Quand vais-je réussir à passer le cap? 

Vues : 32

Réponses à cette discussion

Bonjour,

Merci pour ce partage qui me touche. J’admire votre courage, celui d’avoir su (très jeune) quitter celle qui vous détruisait. Ce faisant, non seulement vous vous êtes sauvée, mais vous avez permis aux autres de se repositionner dans ce contexte familial difficile. Même votre mère a dû être secouée, et mettre la faute sur vous l’oblige ensuite à être conséquente, et probablement à mieux s’occuper de votre petite soeur. Ce qui me semble clair, c’est que votre situation n’était plus supportable, plus possible.

Alors bravo pour avoir agit, quitte à vous sentir coupable ensuite. D’ailleurs si vous n’aviez pas agit, imaginez quelle souffrance et culpabilité encore bien plus forte vous ressentiriez aujourd’hui !

A ce sujet, si je comprends bien votre culpabilité, cela veut dire que vous choisiriez une autre alternative si c’était à refaire ???

Ou vous vous sentez coupable d’avoir osé affronter l’insupportable et le courage de faire ce qu’il fallait ?

J’imagine que votre petite demi-soeur va bien, n’est-ce pas ? Bien mieux que vous… Ironique, non ?

Alors non vous ne serez plus jamais comme avant, vous avez grandi, appris, vécu et surmonté. De belles ressources !

Oui vous allez rester mal encore longtemps… tant que c’est ce que vous désirez. Cette fausse culpabilité vous appartient entièrement, c’est vous qui choisissez de l’entretenir pour expier… ce que votre mère vous a fait ?!

Sauf si aujourd’hui vous décidez de passer ce cap, là, maintenant ! D’être la plus belle personne posible pour vous et pour les autres ! D’aimer celle que vous êtes, développer vos forces comme transformer vos « faiblesses », pour grandir enfin vers celle que vous êtes vraiment et pouvoir partager cette lumière.

Pour un jour peut-être donner la vie à votre tour, et munie de toute cette sagesse et expérience faire de votre mieux pour aimer, élever, soutenir…

Vous avez la force et le courage, alors grandissez… dès maintenant !

En pensées

Marc

RSS

À propos

Évènements

Vu à la TV!

DICOPSYCHO

+ de 100 vidéos, articles

et exos classés de

© 2022   Créé par Psy Benjamin Lubszynski.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation